• Post Category:Blog
Hypnose Geraldine Karrer Hypnotherapeute à Geneve Carouge

Par Géraldine Karrer

RITMO® (proche EMDR) : un outil efficace pour le traitement des évènements traumatiques et la régulation de l'état émotionnel

Le RITMO®, retraitement de l’information traumatique par les mouvements oculaires, apparenté à l’EMDR (Eye Mouvement Desenzitization and Reprocessing) est apparu en 1987. 

Découverte de manière fortuite par Francine Shapiro, cette méthode permet une modification durable de l’état émotionnel. C’est une révolution thérapeutique qui donne des résultats étonnants.

Cette technique a été utilisée avec les vétérans de la guerre du Vietnam, des témoins ou victimes d’agressions et d’accidents. Mais son champ d’application est beaucoup plus vaste que cela. Les personnes souffrant d’anxiété, d’insensibilité émotionnelle, d’hypervigilance, de blocages et de manque de confiance en soi on pu rapidement en ressentir les effets bénéfiques.

Comment ça marche?

1ère phase: la désensibilisation se fait par les stimulations bilatérales pendant que la personne repense à cette pensée invalidante qui est apparue pendant la situation qui lui pose problème.

Lors de pauses régulières, la personne raconte ce qui ce passe pour elle et réévalue son niveau de stress.

La désensibilisation peut intervenir en quelques séances, voire même en une seule.

2ème phase : le retraitement

Il s’agit ici d’installer des croyances positives qui vont modifier la perception même de l’évènement traumatique en utilisant les simulations bilatérales.

Comment expliquer l’efficacité de cette méthode?

Personne ne sais vraiment répondre à cette question. 

Nous avons néanmoins des pistes de réflexion. Le traumatisme “gèle” le processus de traitement de l’information. Les mouvements alternatifs (yeux, toucher et les sons) permettent de relancer le processus de traitement de l’information et permet à la personne de dépasser l’évènement traumatique.

Est-ce que le RITMO® peut vous aider?

Contactez-moi et je me ferai un plaisir de vous répondre.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les faire. C’est parce que nous n’osons pas les faire qu’elles sont difficiles.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin